Atelier de gravure Hédé 71
Avenue de l’Hippodrome, 71
Be - 1050 Ixelles (Bruxelles)
Tél. : 0032 (0)476 48 75 75

helene.dery.hede@gmail.com



 
L’Atelier de gravure Hédé 71 a ouvert ses portes en novembre 2016 avec une expo/inauguration en invitant l’artiste graveur québécoise, Jocelyne Aird Bélanger, grâce à une subvention de la Délégation Générale du Québec à Bruxelles et un subside de la Commune d’Ixelles.
L’atelier d’Hélène Déry, alias Hédé, équipé d’une presse taille douce format raisin, est un lieu de création et d’échanges artistiques ouvert sur un quartier très dynamique, à proximité de l’Abbaye de La Cambre, où les jeunes peuvent recevoir une formation en gravure de reconnaissance internationale, de l’Université Libre de Bruxelles et de la Place Flagey, avec sa salle de spectacles et de cinéma. L’Atelier de gravure Hédé offre aux habitants du quartier des stages d’initiation à la gravure, permettant de se familiariser aux techniques d’eau forte, de pointe sèche, de gravure en relief, de monotype, de collagraphie et de gaufrage et impression en relief inspiré des techniques chinoises.
Lieu de rencontre et d’échanges artistiques international, il permet aussi d’être en contact avec des artistes reconnus mondialement. De par son expérience, Hédé a exposé à travers le monde et travaillé dans des résidences d’artistes ’ en Autriche, au Canada, au Chili, en Chine, en France, en Suède et en Turquie. Elle souhaite ainsi inviter ces artistes en résidences afin de rendre (transformer) ce lieu en un centre international de rencontres et d’échanges.
Ayant vécu 27 ans à Paris, en tant qu’artiste graveur professionnel, Hédé est membre de nombreuses associations artistiques dont la Fédération Manifestampe, et le Génie de la Bastille. En 2017, elle a organisé le Génie de l’Estampe à la Galerie du Génie de la Bastille, lors de la 5e Fête de l’Estampe. C’est donc tout naturellement qu’elle ouvre ses portes, cette année, en invitant 2 artistes françaises, Sylvette Gassan et Elisabeth Straubhaar, à rencontrer une artiste belge, Anne Valkenborgh. Elle souhaite ainsi ouvrir le dialogue sur les diverses techniques, entre la manière noire d’Anne, l’eau forte de Sylvette, et les techniques alternatives tel que le papier gravé d’Elisabeth et la collagraphie et l’impression de rue par frottage d’Hélène.
La recherche sur de nouvelles techniques ou manières de travailler en art sont au centre de la réflexion sur la place de l’estampe dans l’art contemporain. Tout en maîtrisant les techniques du métier d’art, l’artiste doit pouvoir se permettre d’expérimenter afin de mieux exprimer sa vision intérieure.